Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  gringa le Lun 9 Juin 2008 - 13:36

cela fait maintenant 16 ans qu'il nous l'ont pris cet être cher porteur d'espoire de principes et de vertus
un Homme comme on en a jamais vu , un symbol, une légende vivante, éternel ..........


Présentation


Boudiaf, Mohamed (1919-1992), homme politique algérien, l’un des chefs historiques de l’indépendance de l’Algérie.

2 Le militant nationaliste


Né à M’sila, dans les hauts plateaux de l’Est algérien, Mohamed Boudiaf arrête jeune ses études et entre dans l’administration. Après la répression sanglante des émeutes nationalistes de Sétif (1945), il s’engage au sein du Parti du peuple algérien (PPA), puis du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), fondés par Messali Hadj . En 1947, il participe à la fondation de l’Organisation spéciale (OS), branche armée secrète du MTLD. L’OS est démantelée par la police française en 1950 et Mohamed Boudiaf, condamné par contumace, entre dans la clandestinité. Envoyé en France par le MTLD (1952), il milite auprès de la population immigrée algérienne.

3 L’un des chefs historiques du FLN

Au printemps 1954, Mohamed Boudiaf rentre en Algérie et crée, avec huit autres leaders nationalistes (parmi lesquels Ahmed Ben Bella et Hocine Aït Ahmed), le Comité révolutionnaire d’unité et d’action (CRUA), qui se prononce en faveur du déclenchement immédiat de l’insurrection armée. Les actions de guérilla menées le 1er novembre 1954 marquent le début de la guerre d’Algérie, menée par le Front de libération nationale (FLN). En août 1956, à l’issue du congrès du FLN dans la vallée de la Soummam (en Kabylie), Mohamed Boudiaf devient membre du Conseil national de la révolution algérienne (CNRA). Mais, le 22 octobre 1956, il est arrêté, avec d’autres chefs du FLN (Ben Bella et Aït Ahmed), lors du détournement de leur avion par l’armée française.

Interné en France, il poursuit ses activités militantes en dirigeant la fédération de France du FLN. En 1958, lors de la création du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), il est nommé ministre d’État, puis devient son vice-président en 1961.

4 L’opposant du FLN en exil

Libéré après la signature des accords d’Évian (18 mars 1962), Mohamed Boudiaf se montre favorable à la dissolution du FLN, une fois l’indépendance obtenue. Face à la mainmise politique du FLN sur l’État et à la dérive dictatoriale de Ben Bella, il fonde son propre parti, le Parti de la révolution socialiste (PRS) en juin 1963, ce qui lui vaut d’être arrêté et assigné à résidence. Libéré, il s’exile au Maroc, d’où, en observateur critique de la vie politique de son pays, il conserve ses activités au sein du PRS et anime un journal, El Jarida. Il dissout son parti en 1979, à la suite de la mort de Houari Boumédiène, et abandonne le champ politique pour prendre la direction d’une briqueterie.

5 Un président assassiné

Contre toute attente, après près de trente années d’exil et de bannissement politique, Mohamed Boudiaf accepte de rentrer en Algérie en janvier 1992, à l’appel de l’armée, pour succéder au président Chadli. Le pays est alors dans une impasse politique après la suppression des institutions par l’armée pour contrer l’arrivée au pouvoir d’un parti islamiste, le Front islamique du salut (FIS), sur les ruines du FLN. Porté à la présidence d’un Haut Comité d’État (HCE), l’ancien héros de la guerre d’indépendance, que l’exil a tenu loin des décennies de dictature et de corruption de l’ancien parti unique, apparaît comme un rempart contre le FIS et une caution morale pour la répression menée contre les militants du parti islamiste. Refusant de se laisser instrumentaliser, il part en guerre contre la corruption et pour le redressement de l’Algérie. Six mois à peine après son retour d’exil, le 29 juin 1992, il est assassiné par l’un des officiers chargés de sa sécurité.

NOUS AVONS PERDU UN GRAND HOMME
j'aimerais que vous participiez avec moi et me dire tout ce qui vous tiens à coeur pour cet homme et l'horrible assasinat , enfin d'habitude je ne commémore pas la mort de quelqu'un c'est trop douloureux mais je serais courageuse. J'ouvre cette page blanche pour cet homme que j'ai aimé sans l'approché ni le connaitre de prés. Si vous pouvez nous aprendre plus sur lui ou simplement poster un témoignage c'est ouvert à tous sans exception.

Ceci est un hommage pour MOHAMED BOUDIAF un homme d'éxception.....
محمد بوضياف رحمه الله و ادخله فسيح جنانه
الجزائر اولا و قبل كل شيء.......... à vous

_________________
"Un Anneau pour les gouverner tous
Un Anneau pour les trouver
Un Anneau pour les amener tous
Et dans les ténèbres les lier
......."
avatar
gringa
Epautiste kbirr
Epautiste kbirr

Féminin
Nombre de messages : 928
Age : 43
Localisation : paris
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  El Cortobi le Lun 9 Juin 2008 - 15:27

Allah yerahmek ya Boudiaf!...Inchallah l'Algerie n'a pas perdu ces hommes et femmes pour rien!
avatar
El Cortobi
Epautiste Chayeb
Epautiste Chayeb

Masculin
Nombre de messages : 2564
Age : 34
Date d'inscription : 29/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

boudiaf

Message  hbelaid le Lun 9 Juin 2008 - 15:54

bonjour,

un hommage à cet immense defenseur de l'algerie, par un autre.

http://fr.youtube.com/watch?v=shLQb-pKKno&feature=related
avatar
hbelaid
Hyper Epautiste
Hyper Epautiste

Masculin
Nombre de messages : 209
Age : 40
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  urban_blues le Lun 9 Juin 2008 - 16:38

SALAM.

ça me rappel de douleureux souvenirs, même si je n'avais que 9 ans à cette date, mais rien que le fais de voir ma grande soeur pleuré pendant des jours, et à chaque fois qu'on le passe à la télévision sur les infos et tout, ça me fais mal au coeur.

Là, on a livre de mohamed boudiaf chez nous, je l'ai jamais lu, je crois que ça pourrai me donné une vision sur cet grand homme.

Que ALLAH l'acceuil dans sont vaste paradis.

Hommage à sa famille aussi.


urban_blues
Epautiste Chayeb
Epautiste Chayeb

Masculin
Nombre de messages : 2193
Age : 34
Localisation : Cne.
Date d'inscription : 13/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  pandore le Lun 9 Juin 2008 - 18:11

Les gens qui avait le minimum de clairvoyance ont su et compris avec l'assassinat de ce héro de l'Algérie colonisée et de l'Algérie libre, que tout était perdu et qu'on s'était engagé dans la tourmente et le sang que chacun connait bien hélas !

Je me souviens à l'arrivée de boudiaf beaucoup de gens demandaient qui s'était, et oui son nom est à peine mentionné (j'en suis même pas sur) dans les manuels scolaires , ils sont allé le chercher, ils voulaient profiter de sa légitimité historique et en faire une marionnette, ils se sont trompé, pour lui c'était "l'Algérie en priorité et avant toute chose".

Boudiaf avait bien compris le jeu trouble de la mafia qui dirigeait et dirige toujours le pays, il l'a payé de sa vie, et avec lui nous avions enterré, toute éspoire de voir une Algérie en paix et démocratie.

il faut raconter aux enfants d'aujourd'hui qui était boudiaf, le grand homme d'état, le martyres après 30ans de la fin de la guerre de la cause algerienne, mais plus face aux français mais face à nos nouveaux colonisateurs et le mots n'est pas trop fort !

alah yerahmek ya boudiaf !

sans sortir du sujet, je vous soumet cette photo, ces jeunes de 20ans, courageux, libre...je vous assure qu'elle me donne la chaire de poule !

avatar
pandore
VIP
VIP

Masculin
Nombre de messages : 2702
Age : 32
Localisation : citoyen du monde
Date d'inscription : 06/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  gringa le Lun 9 Juin 2008 - 18:25

je vous remercie mes amis de ce témoignage , et j'espère qu'on parle plus de cet homme j'attenderais encore que d'autre forumistes se joignent à nous
et je posterais le 29 juin inch'allah une recherche sur la personne historique politique et l'homme qu'il été
voila ce qu'a publié la presse cet année dans l'attente de la suite ....
Il y a seize ans en Algérie, Mohamed Boudiaf rentrait au pays

mardi 15 janvier 2008.

Il y a seize ans, le 16 janvier 1992, que feu Mohamed Boudiaf revenait en Algérie, en sauveur du pays. Six mois plus tard, un certain 29 juin, il est lâchement assassiné lors d’un discours à Annaba.


Après la démission du président Chadli Bendjedid, il a été rappelé pour devenir le président du Haut-Comité d’Etat alors que l’Algérie se débattait dans une véritable impasse politique et que la violence commençait à faire les premières victimes. Tayeb El-Watani prendra les destinées d’un pays souffrant d’une crise profonde de légitimité au sommet de l’Etat, et miné par une montée fulgurante de l’intégrisme religieux.

Durant six mois, il sera à la tête du Haut-Comité d’Etat (HCE). Les Algériens garderont de lui l’image de cet homme longiligne, modeste et honnête, celui qui a répondu par deux fois à l’appel du pays. Mais, surtout, celle d’un homme propre qui a préféré l’anonymat de sa vie à Kenitra (Maroc) où il s’occupait de sa briqueterie, au confort et au prestige que procure un pouvoir que lui-même a qualifié de « mafia ». Le peuple algérien, qui retiendra de Si Tayeb El-Watani son dévouement pour la nation et son sens de l’intégrité et de la justice, a su apprécier à sa juste valeur l’un des pères de la Révolution algérienne. Celui qui deviendra en six mois d’exercice à la tête du Haut-Comité d’Etat (HCE) un symbole pour une jeunesse désoeuvrée, prise en étau entre les convoitises islamistes et une situation sociale des plus asphyxiantes.

La guerre implacable qu’il voulait mener à la mafia politico-financière, qui, profitant de la confusion généralisée, a mis à sec le Trésor public, a été avortée par des balles assassines un certain 29 juin 1992. Un assassinat qui augurera une série de carnages, perpétrés par les terroristes, qui plongeront la nation dans le chaos, avec des victimes et des disparus qui se compteront en centaines de milliers. « Ce symbole fondateur de la Révolution de 1er Novembre 1954 avait accouru à l’appel d’une Algérie au bord de l’abîme. Mohamed Boudiaf, à la tête de l’Etat algérien en janvier 1992, constituait le plus bel espoir de rendre l’Algérie aussi digne que forte », explique la fondation qui porte son nom dans un hommage dans lequel elle rappelle le parcours politique de l’homme.

Après l’exil, l’auteur de l’ouvrage « Où va l’Algérie ? » paraissait alors comme le seul à même de prendre les rênes du pays : « Car Mohamed Boudiaf n’était pas seulement un homme rigoureux et tranchant, c’était un militant qui avait près d’un demi-siècle de carrière politique », poursuit la fondation qui rappelle le parcours de Tayeb El-Watani.

Né en 1919 dans la wilaya de M’sila, il adhère dans le courant des années 40 au sein du Parti du peuple algérien, et devient membre de l’Organisation spéciale dont il sera chargé de mettre sur pied une cellule à Constantine. « C’est au cours de cette période que se forme autour de lui le noyau de militants qui furent à l’origine du déclenchement de la Révolution de Novembre ».

En 1950, il est jugé et condamné par contumace. Il rejoint la France en 1953 et devient membre du MTLD et rentre en Algérie en 1954, où il fondera le Comité révolutionnaire pour l’unité et l’action puis fera partie des 22 historiques « qui ont façonné la guerre d’Algérie ». Le 22 octobre 1956, il est capturé avec ses compagnons suite à l’arraisonnement par l’aviation française de l’avion qui les menait du Maroc vers la Tunisie. Le 20 septembre 1962, il fonde le Parti de la Révolution socialiste (PRS). En juin 1963, il est arrêté et exilé dans le Sud algérien où il reste détenu pendant trois mois puis il rejoint le Maroc.

A partir de 1972, il se déplace entre la France et le Maroc en activant pour son parti, le PRS, et en animant la revue El Djarida. En 1979, après la mort de Houari Boumediène, il dissout le PRS et va se consacrer à ses activités professionnelles en dirigeant à Kenitra au Maroc une briqueterie.

Il meurt assassiné le 29 juin 1992 à Annaba. Pour commémorer le retour du défunt Mohamed Boudiaf, dit Tayeb El-Watani, le 16 janvier 1992 dans sa patrie, une cérémonie de recueillement sera organisée mercredi 16 janvier 2008 au niveau du Carré des martyrs du cimetière d’El-Alia.

Le Quotidien d’Oran

_________________
"Un Anneau pour les gouverner tous
Un Anneau pour les trouver
Un Anneau pour les amener tous
Et dans les ténèbres les lier
......."
avatar
gringa
Epautiste kbirr
Epautiste kbirr

Féminin
Nombre de messages : 928
Age : 43
Localisation : paris
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  gringa le Lun 9 Juin 2008 - 19:05

ALGERIE 2 juillet 1992
http://www.grands-reporters.com/Ils-avaient-jure-la-mort-de.html
Assassinat d’un président

"Ils avaient juré la mort de Boudiaf".
Cela commence par une petite phrase sur l’impermanence des choses et des hommes, une réflexion de simple sagesse, et se termine par du bruit, des chaises de théatre renversées autour d’un drapeau algérien taché de sang. ..

"L’être humain n’est que de passage ici-bas. La vie est brève, nous devons tous disparaitre un jour", dit doucement Mohammed Boudiaf, assis à la tribune du palais de la culture d’Annnaba. Et son visage jusqu’ici souriant devient grave. Voilà vingt sept minutes que le président du Haut Comité d’Etat parle d’économie, de gestion et d’emploi. Maintenant, il aborde la question religieuse, -forcément politique-, celle de la foi et de l’intégrisme. Dans la salle, on se tait, on écoute. Abdel le journaliste est au sixième rang, sur la mezzanine, à une quinzaine de mètres face à la tribune. Son carnet à la main, le chroniqueur local a tout noté : les huit fonctionnaires assis de part et d’autre du président Boudiaf, les fleurs coupées posées à même la table, les caméras, les drapeaux et ces grands rideaux ocres qui ferment la scène. Il est onze heures trente cinq ce lundi vingt neuf juin, Mohammed Boudiaf parle toujours de progrès et de religion. Il commence une phrase :" les pays développés nous devancent grâce à leurs connaissances scientifiques mais ...l’Islam". L’Islam : ce sera son dernier mot. "On a entendu un claquement sec à la droite de la tribune" raconte Abdel, "Comme un coup de pistolet." Intrigué, le président suspend sa phrase et il tourne la tête vers les coulisses. Au fond de la scène, un homme a écarté le rideau et s’avance. Il est petit, un mètre soixante environ, mince, très pâle, porte l’uniforme bleu des services de sécurité et tient un pistolet mitrailleur calé contre sa hanche. Personne ne bouge. Autour du président, la sécurité est poutant extrêmement stricte. Et très efficace. Aucun homme, même en uniforme, ne peut pénetrer le périmètre rapproché s’il n’est connu des autres gardes du corps. D’ailleurs, aucun autre garde du corps ne semble s’inquiéter. Celui qui s’avance ne peut être qu’un des leurs. Dans la salle, Abdel croit que l’homme en bleu veut en savoir plus sur ce claquement suspect qui a amené le président à s’interrompre. "Il s’est avancé jusqu’à un mètre cinquante derrière la tribune," dit Abdel" il a regardé l’assistance pendant trois à quatre secondes. Comme s’il hésitait. Puis, sans un mot, il a vidé son chargeur dans le dos du Président". Ce qu’il n’a pas vu, et que d’autres ont décrit, c’est un deuxième homme en civil, qui aurait jeté des grenades offensives dans la salle et tiré sur le public. "Tout le monde s’est jeté à terre, on entendait des cris et des hurlements de douleur. C’était le chaos, la panique." Les gardes du corps du président ouvrent le feu. En s’enfuyant vers le couloir, une femme renverse une grosse armoire métallique et le bruit de la chute déclenche une nouvelle fusillade. Abdel est renversé et piétiné par la foule. Quand tout s’arrête, il ne reste qu’une salle dévastée, quanrante et un blessés couchés sur le sol, un assassin en bleu qui tient à bout de bras son pistolet mitrailleur vide et un officiel, le beau frêre du président, assis, la tête dans les mains, seul, au milieu d’une tribune vide. Un médecin se penche sur le président, essaie de prendre son pouls et secoue la tête. On recouvre le corps avec un drapeau. Dehors, des hélicoptères survolent la ville d’Annaba. Pour la première fois en Algérie, et au Maghreb, on a assassiné un Président. A six cent kilomètre de là, une demie-heure plus tard, un écrivain croise un homme connu pour ses sympathies islamistes. Officiellement, Alger ne connait pas encore la nouvelle que la télévision ne donnera qu’a treize heures vingt. Mais les réseaux d’information parallèles ont fonctionné à merveille : l’écrivain stupéfait apprend la tragédie de la bouche de l’islamiste.
"Le président abattu ! Tu es sur qu’il n’est pas seulement blessé ?"
" Non. Il est mort."
"Dieu ait son âme. Quel dommage..."
"Dommage ? Pourquoi plains tu sa perte"
"Parce que nous risquons d’aller vers des affrontements graves !"
" Et alors ! Au moins, ca clarifiera les choses dans ce pays." souffle le barbu qui disparait aussitôt. Quand la télévision égrène les versets du Coran, Alger comprend que le président n’est plus. Mais près du port, dans les rues commercantes du centre de la ville, personne ne ferme boutique et, très vite, la foule se remet à trainer entre les étals de pommes de terre et de tomates. Etrange indifférence. Comme si la population ne voulait plus croire qu’un homme d’Etat ou sa perte puisse changer les choses dans ce pays. De l’autre coté de la capitale, dans une salle de rédaction aux volets tirés, un groupe de journalistes et d’intellectuels sont assis, silencieux, dans l’obscurité. Les uns fixent le sol, les autres se prennent la tête entre leurs mains : personne ne parle, personne ne se regarde. Tous sont effondrés. Et terriblement pessimistes : "Au mieux, c’est l’état d’exception ; au pire, c’est l’affrontement dans les rues.." finit par soupirer l’un. " Non, c’est plus grave" coupe l’autre, " nous finirons par avoir les deux." Quand Mohammed Boudiaf revient a Alger le seize janvier dernier, tout parait encore possible. Malgré ses soixante treize ans, c’est un homme neuf qui a passé trente ans de sa vie en exil, loin de la gestion du FLN, un politique intègre et courageux qui n’a jamais été melé aux affaires de corruption, un personnage historique, un des fondateurs du FLN mais qui a demandé sa dissolution dès la fin de la guerre d’Algérie. Mohammed Boudiaf a une morale, du courage et des idées politiques affirmées : les jeunes ne le connaissent pas mais Alger lui accorde son respect. On attend de lui un changement radical du système. C’est l’etat de grâce. Il ne durera que quelques mois. Le temps de décréter l’état d’urgence, de s’attaquer à la corruption, au parti historique du FLN, aux troupes du FIS qu’il finit par dissoudre, d’essayer, en vain, de redonner confiance au peuple et de relancer l’économie...Il s’essouffle. Dans les rues populeuses d’Alger, on lui reproche d’avoir cédé sur l’essentiel, de ne plus vouloir abattre le système mais d’essayer de le sauvegarder. Quand le président lance son "Rassemblement National", il a encore beaucoup de partisans mais pas mal d’ennemis. Dans leur salon obscur aux volets tirés, le groupe d’intellectuels et de journalistes a fini par sortir de sa prostration pour passer en revue les hypothèses de l’attentat. Tous sont d’accord pour écarter l’idée de l’action individuelle d’un déséquilibré. On l’a dit : on ne franchit pas ainsi le système de sécurité mis en place autour du président d’un pays comme l’Algérie.Ici, on sait ce qu’est la protection d’un homme d’Etat. Reste l’action d’un ou plusieurs éléments appartenant aux services eux-mêmes. Pour le compte de qui ? Il y a l’hypothèse la plus facile, celle de l’épilogue d’une longue lutte entre le Président Boudiaf et le Front Islamique du Salut. Deux jours plus tôt, Abassi Madani et Ali Benhadj devaient être jugés devant le tribunal militaire de Blida. La défense s’est retirée pour protester contre l’absence de certains témoins et la fermeture de l’audience aux observateurs étrangers : procès reporté. Annulation du deuxième tour des élections, dissolution du FIS en mars dernier, arrestation de la plupart de ses dirigeants emprisonnement de plusieurs milliers de ses militants dans les camps du désert algérien...Le contentieux était lourd entre les islamistes et Mohammed Boudiaf. D’un coté, un mouvement islamiste privé de sa "victoire" électorale avant d’être décapité et dissous ; de l’autre, le terrorisme qui a tué en quelques mois une centaine de policiers, de gendarmes et de militaires, de quoi maintenir toute une armée sur le pied de guerre. Sur ce point, Boudiaf l’intraitable n’avait pas reculé d’un pouce : "le FIS est hors la loi. Plus jamais de FIS. Ah non ! Plus jamais cà." A la veille du procès de Blida, des tracts signés par des "justiciers" s’en prenaient directement au "HCE" : "on vous fera bientot payer...Nous vous ferons porter l’habit de la peur." Boudiaf serait tombé, comme le président égyptien, victime de l’intégrisme ? Cette chronique de l’attentat annoncé ne convaint pas tout le monde a Alger. Mohammmed Boudiaf s’était aussi attaquée à de puissants intérets, ceux du "trabendo", le marché noir qui traverse le pays et ses frontières, ceux d’une corruption massive, ceux de la mafia. Reste enfin l’autre option, plus politique, un règlement de compte au sein du sérail, où certains voyaient dans l’intransigeance du personnage présidentiel, un obstacle insurmontable à la réconciliation nationale. Le président croyait à l’ordre et à l’application d’une politique sécuritaire. Sa mort par attentat ressemble à un échec sanglant dela répression de ces derniers mois. Aujourd’hui, l’Algérie se retrouve dans la même problématique que Janvier, avec un homme, une structure et un espoir en moins. Sans Mohammed Boudiaf, la structure du Haut Comité d’Etat et le parti du "Rassemblement National" ne sont que des coquilles vides..."La dernière carte du pouvoir a été abattue" remarque un observateur politique. "Reste l’armée. Les militaires devront choisir entre prendre le pouvoir et le gérer directement ou bien chercher encore un homme proche du civil pour leur faire écran". Dans le premier cas, le pouvoir revient à une junte militaire qui décrète l’état d’exception, interdit les partis, gèle les intitutions et censure la presse ; dans l’autre, la structure sans âme du HCE s’ouvre pour acceuillir en son sein, une nouvelle personnalité. En espérant gagner un répit de quelques mois, en espérant mettre un terme au désespoir algérien, à cette marche continue vers la violence. Et depuis l’assassinat d’un président de soixante treize ans, cette longue marche ressemble à un suicide.

2 juillet 1992

Par Jean-Paul Mari

_________________
"Un Anneau pour les gouverner tous
Un Anneau pour les trouver
Un Anneau pour les amener tous
Et dans les ténèbres les lier
......."
avatar
gringa
Epautiste kbirr
Epautiste kbirr

Féminin
Nombre de messages : 928
Age : 43
Localisation : paris
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  El Cortobi le Lun 9 Juin 2008 - 22:29

faut pas oublier l';autre grand homme qui a succombe a une attaque cardiaque jusque quelques heures apres le lache assassinat de Boudiaf...il s'agit de MR. Slimane Amirat Allah yerahmo wa yerham gaa chouhada....
avatar
El Cortobi
Epautiste Chayeb
Epautiste Chayeb

Masculin
Nombre de messages : 2564
Age : 34
Date d'inscription : 29/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  salim the cool le Dim 15 Juin 2008 - 17:48

Allah yarham boudiaf ou yerham gaa el moumnine

Mohamed boudiaf fut un homme d'exception, fière et qui aimait l'algérie, il n'a pas hésité à quitter le maroc pour aider l'algérie dans un moment difficile, son fils nacer boudiaf réclamait la justice pour son défunt pére ..... les auteurs du crime restent inconnu meme si tout le monde pense à la mafia politico financière car il voulait combattre la corruption.

Allahouma akim essilm wal 3adl fil djazair wa fi kouli makane
avatar
salim the cool
Maitre Epautiste
Maitre Epautiste

Masculin
Nombre de messages : 503
Age : 35
Localisation : boufarik
Date d'inscription : 02/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  El Cortobi le Dim 15 Juin 2008 - 21:53

Message du Modérateur Urban_blues:

Le message d'El cortobi a était déplacé vers: la nostalgie des anciens sur le CAMPUS.

Plus de HS S.V.P.

Merci.
avatar
El Cortobi
Epautiste Chayeb
Epautiste Chayeb

Masculin
Nombre de messages : 2564
Age : 34
Date d'inscription : 29/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  salim the cool le Sam 28 Juin 2008 - 13:15

Bonjour

Demain inch'allah 29 juin ce sera l'anniversiare de la mort de mohamed boudiaf allah yerahmou

L'algérie se souviendra d'el tayeb el watani (mohamed boudiaf) : il était sincère et voulait vraiment sauver l'algérie.


C'est le mektoub
avatar
salim the cool
Maitre Epautiste
Maitre Epautiste

Masculin
Nombre de messages : 503
Age : 35
Localisation : boufarik
Date d'inscription : 02/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  scortiger le Sam 28 Juin 2008 - 20:24

www.algerie-dz.com/article1955.html
Historienne, militante anticolonialiste et pour l’indépendance de l’Algérie, Annie Rey Goldzeiguer brosse le portrait, « un portrait à plusieurs facettes » de Mohamed Boudiaf, auquel elle était liée par une profonde amitié, avant même de le connaître physiquement, alors qu’il était en prison. A son sens, s’il est un homme qui incarne le 1er Novembre 1954, c’est bien Mohamed Boudiaf.
jeudi 10 mars 2005.

Mohamed Boudiaf était un grand seigneur. Il avait un port d’aristocrate, une intelligence très fine. Il lisait énormément. Mohamed était un homme intègre, vertueux. Un homme très structuré, un organisateur né. Mohamed Boudiaf était animé d’une volonté de démocratie réelle. Il avait beaucoup souffert du manque de démocratie du PPA, des cooptations. Il pensait que c’était au contraire, en laissant s’épanouir la démocratie, que le peuple algérien avancerait.

l'article est TROPlong mes tres interressant sur le lien ci-dessus.
Rien a rajouté sur notre regretté la douleur est plus profonde a chaque qu'on en parle .....rabi yerahmou we ykathar men mthalou!
avatar
scortiger
Hyper Epautiste
Hyper Epautiste

Féminin
Nombre de messages : 279
Age : 30
Localisation : On the dark side of the moon
Date d'inscription : 26/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  scortiger le Dim 29 Juin 2008 - 21:46

Je ne veus pas faire de la boulitik sauf que j'ai reçu ces video qu'on avu plusieur fois sur des chaines etrangeres ,ça pourrai vous interesser peur etre???
http://fr.youtube.com/watch?v=KvvzbXRsvGo
http://fr.youtube.com/watch?v=kyx4rwq4gaQ&feature=related
http://fr.youtube.com/watch?v=EPoX0glpixY&feature=relateda
voila l'espoir assassiné!!!!!!!!!!!!!!!!
avatar
scortiger
Hyper Epautiste
Hyper Epautiste

Féminin
Nombre de messages : 279
Age : 30
Localisation : On the dark side of the moon
Date d'inscription : 26/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  HBM le Lun 30 Juin 2008 - 2:09

allah yerahmou, j'étais encore un enfant quand j'ai vu sur la télé à 11h du matin les premier verséts du quran, suivi de l'info, je me souviens encore de ce 29 juin 1992, 16 ans après, je me souviens comme si c'était hier, dommage qu'on parle plus de lui, ce fut un grand homme, que l'Algérie n'a jamais eu, ne l'aura jamais Embarassed Embarassed Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
avatar
HBM
Admin
Admin

Nombre de messages : 2704
Localisation : plus là pour le moment
Date d'inscription : 11/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  sofianus le grand le Lun 30 Juin 2008 - 14:27

allah yar7mou .....mais je trouve qu'il n'étai pas trés inteligent !!!! quand on rentre dans une ruche d'insecte pourri on se fond dans la foule et on travail on secret !!!!! jusqu'au jours ou on les prends par surprise !!....... et on les detruit d'un coup ...... lui au contraire il est rentré frontalement en conflit avec la mafia et le résultat il est l'on tué et l'algerie est perdu !!!! dommage......

sofianus le grand
Super Epautiste
Super Epautiste

Masculin
Nombre de messages : 151
Age : 42
Localisation : abou dhabi
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  gringa le Lun 30 Juin 2008 - 15:45

désolé mais je me permet de répondre , sofiane, il été propre et il ne connaissait pas l'hipocrisie, pour dire qu'il nétait pas intelligent non , il a toujours été un homme juste c'est pour ça qu'il est mort allah yerahmou et tu ne devrait rien dire sur lui que les onnes choses ou arrahma , parcequ'il n'es plus la pour répondre de ce qu'il a fait mais pose plutot la question a ses assasins.
sinon merci à tous pour vos témoignage

_________________
"Un Anneau pour les gouverner tous
Un Anneau pour les trouver
Un Anneau pour les amener tous
Et dans les ténèbres les lier
......."
avatar
gringa
Epautiste kbirr
Epautiste kbirr

Féminin
Nombre de messages : 928
Age : 43
Localisation : paris
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  sofianus le grand le Mer 2 Juil 2008 - 14:15

salut gringa je suis désolé si je t choqué par mon poste ............. je suis tout a fait d'accord avec toi que feu boudiaf étai integre et propre et qu'il avai de bonne intention pour sauvé l'algerie !!!! alah yerhmou et wasse3 3lih ....... je pense que c'etai un honnete homme mais pas un homme d'état ( pour etre un homme d'etat = il faut etre un filou et un mounafek comme sarkozy ) ............ allah yar7mou

sofianus le grand
Super Epautiste
Super Epautiste

Masculin
Nombre de messages : 151
Age : 42
Localisation : abou dhabi
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  pandore le Lun 29 Juin 2009 - 16:57

En ce 29 Juin, où l'Algérie si chère à son coeur, et aux notre, continue à souffrir en silence, et ne se souvient même plus de ses martyres, repose en paix Mohamed Boudiaf. La jeunesse dont tu parlais ne t'a pas oublié, et ne t'oubliera jamais.

avatar
pandore
VIP
VIP

Masculin
Nombre de messages : 2702
Age : 32
Localisation : citoyen du monde
Date d'inscription : 06/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  urban legend le Lun 29 Juin 2009 - 17:12

lah yer7mou ouywessa3 3lih

_________________
alilou ras el kilou jat el ketta teflilou
avatar
urban legend
Modérateur
Modérateur

Masculin
Nombre de messages : 795
Age : 26
Localisation : le mont Athos
Date d'inscription : 31/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  HBM le Lun 29 Juin 2009 - 17:41

17 ans après, comme si c'etait hier,
encore allah yerahmou ou ywassa3 3lih,
une pensée à ce Hero de la nation
avatar
HBM
Admin
Admin

Nombre de messages : 2704
Localisation : plus là pour le moment
Date d'inscription : 11/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  fan-art le Lun 29 Juin 2009 - 17:49

comment fera l'algerie pour se sortir de ses problemes , des catastrophes qui la poursuivent , des despotes qui prennent les reines , comment fera l'algerie sans des gens comme Mohamed Boudiaf allah yerahmou ! rebi yerham les martyres de ce pays !
avatar
fan-art
Modérateur
Modérateur

Masculin
Nombre de messages : 415
Age : 26
Localisation : ou l'espoir est vain!
Date d'inscription : 16/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  nanahachi le Mar 30 Juin 2009 - 0:58

et surtt comment veulent-ils qu'on continue à croire en ce pays si on ns rapelle pas que des gens comme ça ont éxisté! j'avais 2ans quand il est mort et je savais trés peu de lui jusqu'à mtn! jle regrette; ct vraiment un homme d'honneur comme on en fait plus !et il doit se retourner dans sa tombe en voyant skon est devenu Crying or Very sad allah yerahmou ou ywesse3 3lih et merci pour ce post!
avatar
nanahachi
Epautiste
Epautiste

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 27
Localisation : IcI
Date d'inscription : 18/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  archisamy le Mar 30 Juin 2009 - 3:24

nanahachi a écrit:et surtt comment veulent-ils qu'on continue à croire en ce pays si on ns rapelle pas que des gens comme ça ont éxisté! j'avais 2ans quand il est mort et je savais trés peu de lui jusqu'à mtn! jle regrette; ct vraiment un homme d'honneur comme on en fait plus !et il doit se retourner dans sa tombe en voyant skon est devenu Crying or Very sad allah yerahmou ou ywesse3 3lih et merci pour ce post!


justement, si on ne parle pas de lui, ou mieux, s'il est interdit dans notre cher pays de parler de Boudiaf et tant d'autres hommes valeureux, c'est pour la simple raison que notre pays est gouverné par des Harkis-binationaux, qui autrefois, épaulaient l'armée française comme le salaud de L.B, que Dieu lui réserveune éternité en enfer et que les autres chiens aient la même destinée que lui.Dommage k'ils ne puissent pas payer pendant qu'ils sont en vie, car tout simplement nous sommes trop lache pour pouvoir réclamer ça.
Allah yerham Echouhada.

PS: excusez moi pour mon style direct et impoli, car depuis le 9 avril j'ai décidé de ne plus mâcher mes mots.
avatar
archisamy
Epautiste hyper actif(ve)
Epautiste hyper actif(ve)

Masculin
Nombre de messages : 104
Age : 37
Localisation : Dans une Algérie meilleure
Date d'inscription : 06/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  nanahachi le Mer 1 Juil 2009 - 16:20

donc si j'ai bien compris notre dégout et notre désespoir ne sont que le fruit d'une politique qui veut que l'Algérie oublie ses héros!comme c'est triste;et le pire c'est que ça marche!!les jeunes et les intellectuels ne rêvent que de fuir ce pays où ils ne sont pas considérés et où ils ne se sentent plus chez eux!laissant l'Algérie aux militaires et aux députés... plus personne ne veut se sacrifier; ils ont réussis à décourager tt un peuple avec un système pourri et bloqué à tt les niveaux: et ns aveuglent avec de faux problèmes pour ne pas qu'on puisse voir leurs magouilles
et c pas seulement par lâcheté que personne ne dit rien ;c paske d'une certaine façon tt le monde (ou presque) y trouve son compte! encore une fois c triste T.T
avatar
nanahachi
Epautiste
Epautiste

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 27
Localisation : IcI
Date d'inscription : 18/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mohamed BOUDIAF un être cher a nos coeur

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum