raina raikoum de Kamel Daoud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

raina raikoum de Kamel Daoud

Message  skyline pigeon le Mer 19 Mar 2008 - 2:05

A travers ce que je vais poster , je ne veux en aucun cas imposer ma vision philosophique de ce qui se passe en Algérie ....D'un autre côté je n'ai pas la prétention de pouvoir la formuler avec une si belle plume que celle de "Kamel Daoud "dans ses chroniques de "raina raikoum ", ni revenir sur un débat tout récent et houleux à la fois sur le religieux et la tolérance !!!!
Je viens de lire son article paru aujourdh'ui (Quotidien D'Oran )et dont l'auteur a été victime de lettres anonymes au point ou son som fut converti en "K.David"......
Bonne lecture



Ce pourquoi nous n'irons jamais sur la lune!

par Kamel Daoud

« A K. David ». C'est par un tel entête qu'un lecteur lâche, (lâche parce qu'anonyme) a entamé une lettre fielleuse à l'adresse du chroniqueur. La critique reste libre même si dans le tas, le bonhomme confond un nom inaugural dans la généalogie prophétique de la Méditerranée avec un électeur du Likoud du XXIe siècle. En Algérie, c'est de coutume que de voir le sentiment anti-juif être confondu avec l'anti-israélisme et avec la xénophobie et le refus de l'altérité. C'est le cas de pathologie des religions lorsqu'elles sont affaiblies par des esprits incertains et ne tiennent plus la route que par les rites. Mais passons.

C'est qu'il y a à retenir dans cette lettre, c'est que depuis quelque temps, elle ressemble à beaucoup d'autres de plus en plus fréquentes: des missives signées par des gens qui ont « nationalisé » Dieu et privatisé l'Islam. Il suffit d'écrire que le pays se trompe en lançant le chantier d'une mosquée au lieu de lancer le chantier de l'avenir de nos enfants, pour voir pleuvoir sur soi des fatwas de café et des excommunications à la violence étonnante. Pays d'exception, l'Algérie est aujourd'hui à l'avant-garde des territoires où l'Islam est interdit à la réflexion individuelle par des recettes ridicules: il faut le consommer soi avec la sauce nationaliste, soi avec celle de l'ex-FIS.
Ecrire que le pays s'effondre vers des mythes infantiles en dénonçant le remplacement de l'économie par la barbe et le voile, répéter que si nous sommes si bien écrasés par les autres peuples, c'est parce que nous avons délégué à Dieu le devoir de faire du blé et des armes à notre place, et insister pour que ce peuple fasse la différence entre des ablutions et marcher sur la lune, est aujourd'hui signe d'une francophilie désuète, preuve d'un anti-religionnisme populaire ou la marque d'un sioniste clandestin au sein de la terre de l'Algérie.

Ils se sont trompés ces gens qui nous répètent que l'islamisme et ses repliements nous sont étrangers et nous été exportés par d'autres pays « frères »: il y a dans l'histoire de l'Algérie et du Maghreb une antique tentation pour les idées de la pureté inhumaine et de l'intolérance et une longue histoire d'une religion en armes, politisée à l'extrême et incapable d'admettre la différence ou les relativismes nécessaires pour fonder une civilisation calme. Aujourd'hui, cette tentation revient, pas avec un projet politique mais avec un tableau clinique d'enfermement sur soi, de refus de l'autre et de négation de la contradiction et de l'avis différent. On peut longuement écrire sur la misère de ce pays, ses égouts, ses robinets rouillés ou ses routes défoncées, sa misère se résume finalement à une seule: du sommet à la base, l'idée d'une religion que l'on doit porter comme un collier et pas comme une chandelle ou une idée ou une interrogation.
Si ce peuple erre depuis si longtemps dans le même endroit, souffrant de vouloir être plus arabe que les Arabes, plus anti-chrétien que le reste, plus amazighe que ses voisins et plus nationaliste que le reste de l'humanité, il le doit à quelques idées mortes seulement qu'il promène depuis longtemps et qui lui servent à pendre le contradicteur, bloquer les rotations célestes et réinventer les intolérances au fur et à mesure des cycles de sécheresse. En Algérie, le FIS a réussi: pas à prendre le pouvoir mais à ce que le Pouvoir prenne ses tournures et se tourne vers ses zaouïas pour se sentir légitimé. A lire les livres des époques mortes, on reste étonné par cette vivacité de la réflexion qui marquait les empires musulmans d'autrefois, l'indépendance de ses opinions, la liberté de ton et les champs de réflexion ouverts malgré les désordres. Il n'en reste aujourd'hui que la propension à la fatwa, au meurtre et à l'hypocrisie. Cela s'aggrave lorsque le pays est un pays sec, n'a pas une longue histoire de livres, pas une tradition de cités et si peu de paix pour oublier les haines de la guerre. Là où Zawahiri, le numéro 2 d'Al-Qaïda, est un chirurgien, les « émirs » terroristes de l'Algérie n'ont pas dépassé le niveau du tôlier. Faut-il aujourd'hui s'étonner de ce retour d'un islamisme primaire qui s'écrase face au Pouvoir mais s'en prend à ceux qui ne lui ressemblent pas ? Non.

Tout nous y pousse comme des troupeaux. Tout nous mène vers un nouveau basculement terrible parce que nous n'avons rien réglé en profondeur. « K. David » n'écrit pas en anonyme, ne prend pas la chaloupe, ne mange pas au râtelier, ne se cache pas derrière Dieu, ne vote pas pour le pétrole et fait son chemin vers Dieu, à pied, et pas sur le dos des morts et des autres. Pourtant, on ne peut qu'être en colère contre cette misère des siens: elle promet des lendemains sinistres ! Ce genre de lettres qui font aveu de la haine du douar, du rural, de la langue étrangère, de l'étranger, du juif et de la haine de soi, ne sont pas des lettres mortes mais des signes d'époque.
avatar
skyline pigeon
Epautiste très actif(ve)
Epautiste très actif(ve)

Masculin
Nombre de messages : 74
Age : 60
Localisation : dans un coin inhabité de ta memoire afin d'y pondre mon oeuf !!!!
Date d'inscription : 07/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: raina raikoum de Kamel Daoud

Message  zeryab le Mer 19 Mar 2008 - 2:22

tout simplement raina raikoum lol!
avatar
zeryab
Epautiste hyper actif(ve)
Epautiste hyper actif(ve)

Masculin
Nombre de messages : 118
Age : 32
Localisation : dans les ruelles de ma jeunesse
Date d'inscription : 01/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: raina raikoum de Kamel Daoud

Message  gringa le Mer 19 Mar 2008 - 12:01

ce que je peux dire c'est que nous algériens on nous as apris trés peu de chose sur nous même on est un amlgame de tout et n'import-e quoi et surtout nous avons été instrumentalisé a l'ecole et chez nous par le biais d'une chaine unique qui n'a pas arrêter de nous dogmatiser , le peuple est perdu entre les valeurs morale collective et une mauvaise compréhension de l'islam ainsi que les autres religion.
nous avons été jugé et nous jujeons a notre tours les autres , on est arrivé au point ou dans cette société tout le monde s'occupe de tout le monde et personne n'est libre et si par malheur tu vas dans un sens différents des autres tu affronte le diable en personne tous se retourne contre toi
mais allah nous a laisser une lumière pas un puit sombre cette mauvaise connaissance de l'essense même de notre vie nous enfonce dans l'abîme
nous recherchons même plus notre vraix identité et comme dit cet auteur , la france dans le passé a favoriser les zaouyias ..ect et les coutumes primaires pour éloigner les gens du vraix islam parcequ'elle a perçu une force inoui dans se peuple de suivre des idées fortes , alors notre état aujourd'huit fait la même baîtise et ouvre les zaouiyas pour détourné les gens d'un islamisme trop dangereux , mais ou allons nous
pauvres de nous ????????
le plus dangereux c'est que les différences nous rongent l'esprit et la haine prend de l'ampleur et la tolérance prends du recule
pauvre de toi mon pays

_________________
"Un Anneau pour les gouverner tous
Un Anneau pour les trouver
Un Anneau pour les amener tous
Et dans les ténèbres les lier
......."
avatar
gringa
Epautiste kbirr
Epautiste kbirr

Féminin
Nombre de messages : 928
Age : 42
Localisation : paris
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: raina raikoum de Kamel Daoud

Message  nabila97 le Mer 19 Mar 2008 - 14:18

bonjour
malheureusement ds notre pays les gens ne sont pas ouverts à la réflexion au pourquoi des choses et surtout pas tolérants à la critique de la religion je suis parfaitement d'accord que c'est bien l'école qui a une grande part de résponsabilité dans tout ça car on nous a jamais apris à réfléchir ou à se poser des questions donc il est logique qu'on ait une telle société aujourd'hui.
les gens sont trés intolérants il suffit de dire quelque chose qui n'est pas adéquate avec leur façon de -je ne dirai pas de réfléchir car ils ne réfléchissent pas- voir les choses et ils te tombent dessu,tout est interdit par de simples fausses convictions religieuses et dés fois,non souvent c'est les traditions qui priment; on est trop attaché aux coutumes dépassées et aux idées reçues sans parler des idéologies religieuses que tout récitant du coran se donne le droit de les prêcher et d'interpréter l'islam à sa propre recette,la preuve ce qui s'est passé en 91 la majorité à élu qui? c'est la triste réalité les gens sont endoctrinés dés que quelqu'un leur parle de religion façonée au model de la la discimination de l'intolérance et surtout de la répression des femmes car c'est leurs grand ennemi.
moi je dirai le jour ou on saurait mieux interpréter le coran ce jour là on vivrait en parfaite harmonie dans notre société.
avatar
nabila97
Epautiste très actif(ve)
Epautiste très actif(ve)

Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: raina raikoum de Kamel Daoud

Message  pandore le Mer 19 Mar 2008 - 16:15

Dans un autre registre, et toujours dans le même sujet, lisez cette chronique de l'excellent, l'unique Hakim Laâlam, qui a hélas des ennuies avec la justice, les journalistes sont toujours persécutés chez nous....je vous laisse déguster....


POURQUOI JE NE PARTICIPE PLUS AU SALON DU LIVRE !

Parce que le stand où je dédicaçais jusque-là mes ouvrages est situé près d’une immense baie vitrée à l’isolation thermique très incertaine et que je commençais vraiment à cailler des billes. Parce que je trouvais insupportable, à chaque fois que je devais aller aux toilettes (hachakoum), de devoir exhiber un badge de participant. Parce que je trouve infect le thé vendu à l’extérieur du pavillon central. Parce que je suis fortement allergique aux odeurs de musc et d’encens. Parce que la vue de processions de mecs aux yeux maquillés au khôl provoque en moi de l’urticaire. Parce que je trouve hautement malsain d’emballer des Corans dans des cartons de Marlboro. Parce que je suis à chaque fois pris par l’envie furieuse de sauter au cou du 9632e frangin à la barbe teinte au henné, la main armé d’un «siwak» astiquant comme un dératé ces gencives et qui me demande sur un ton faussement angélique : «Pourquoi autant de haine pour les islamistes mon frère ?» Parce que mes frères, je les connais, ils portent le même nom que moi, qu’il ne viendra jamais à l’idée de l’un d’entre eux de teindre sa barbe au henné et que si, par malheur, l’un d’entre eux le faisait, je déchirerais la page du livret de famille où il est inscrit. Parce que, à un gamin de 17 ans qui se plante devant moi et qui tente de m’expliquer béatement que je me suis écarté du droit chemin, j’ai envie d’offrir un flacon de Biactol et de lui conseiller de sortir couvert. Voilà les raisons pour lesquelles j’arrête ma participation au Salon international du livre. Je n’en vois pas d’autres. Et n’allez surtout pas croire que je boude ce salon parce qu’un certain Mohamed Benchicou en a été exclu. Ça n’a rien à voir ! Vous l’aurez compris, n’est-ce pas ? Je fume du thé à ta santé Mohamed et je reste éveillé à leur cauchemar qui continue.
H. L.


Le Soir d'Algérie Editon du 04/11/2007
avatar
pandore
VIP
VIP

Masculin
Nombre de messages : 2702
Age : 32
Localisation : citoyen du monde
Date d'inscription : 06/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: raina raikoum de Kamel Daoud

Message  gringa le Ven 21 Mar 2008 - 12:41

ça résume tout pandore,
ses journalistes opréssé c'est un scandale tant que nous ne seront pas libre de dire ce qu'on pense en algérie nous n'aurons jamais la paix.

j'avoue que j'aime bien ce qu'il a écrit j'espère qu'il sera vite libre ce journaliste ! Smile

_________________
"Un Anneau pour les gouverner tous
Un Anneau pour les trouver
Un Anneau pour les amener tous
Et dans les ténèbres les lier
......."
avatar
gringa
Epautiste kbirr
Epautiste kbirr

Féminin
Nombre de messages : 928
Age : 42
Localisation : paris
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: raina raikoum de Kamel Daoud

Message  El Cortobi le Lun 24 Mar 2008 - 2:14

L'article de Mohamed laalam a une double interpretation....il faut bien le dire il y a 2 extreme dans notre pays...choisissons le juste milieu"Khayro el omori awssatouha"...

Continuons dans la meme perspective j'ai trouve un article en reponse a un article publie par K.Daoud du Quotidien d'Oran...c'est bien de voir les avis et contre-avis de certains journalistes-pigistes...
Enjoy


Index de l'article de K. Daoud

Benkhaldoun du FLN

Par Kamel Daoud

Source: http://www.quotidien-oran.com/


Lors de sa dernière apparition publique, le président de la République n’a pas parlé du pays qui fait des erreurs dans l’énoncé du bac du pays, sans que le ministère du pays s’en excuse.
Obéissant au rétro-positivisme que les Arabes pratiquent lorsqu’ils parlent de leur histoire en se racontant une histoire, le Président a préféré parler de Ibn Khaldoun. Parlons-en donc. Qu’aurait été Ibn Khaldoun aujourd’hui en Algérie ? Réponse: il aurait été lui-même. Rien n’ayant changé entre son accouchement à son époque ou son intercalation aujourd’hui dans l’histoire nationale des Tawa’if du Maghreb et de l’arabité en crise. Le bonhomme dont la lucidité était une prouesse du désespoir d’être Arabe à l’époque de la débandade, aurait écrit ses Prolégomènes dans la même grotte - les choses n’ayant guère évolué pour les cerveaux arabes sans visa -, il aurait négocié son salaire entre choix du consulting pour des émirs absurdes, offre de service, adhésions électorales opportunistes et alignements partisans sur la loi du plus fort du moment. Ce que à l’époque il a constaté pour l’Andalousie il l’aurait fait aujourd’hui pour l’Irak. En Algérie il aurait traité du régionalisme et de l’exode rural comme rêve national comme il traita de la Açabiya et du Umrane. Il aurait tiré le même livre brillant en observant la Ligue arabe, l’échec des souverainetés post-coloniales et la misère intellectuelle de l’islamisme, de l’arabité ou de la conversion «nègre-blanc» des intellectuels occidentalisés. En Algérie, Ibn Khaldoun aurait eu pour choix l’enseignement de la sociologie dans une université française, avec interdiction déguisée de séjour dans son pays et de droit aux pétitions inutiles contre le viol des droits de l’homme au nom de l’antiterrorisme, il aurait peut-être pu se faire recruter à El-Hurra par dépit, il aurait pu s’appeler Belkhadoun et servir de numéro au FLN, il aurait pu être dans l’opposition et se faire offrir une grotte pour une histoire de bons de caisse, se faire sabrer sa paie pour grève non légale à l’université ou se faire Hamrouchien et sombrer dans l’oubli, le thé et l’analyse. Dans tous les cas, il aurait eu droit au même tableau de misère nationaliste que celui du 14ème siècle, le même besoin d’écrire une histoire universelle pour trouver un sens à l’agitation des tribus et aurait été condamné à ne se faire célébrer l’image que lorsque les Occidentaux le redécouvriront comme éclaireur et que les nationalistes se remettent à le réclamer comme patrimoine mais pas comme procès toujours vif des échecs qui durent.

Les biographes idéologues d’Ibn Khaldoun «nationalisé» aiment bien raconter son martyr de penseur, ses longs périples inquiets, son génie mystique face à une histoire éclatée et son aventurisme politique qu’ils présentent comme un destin normalisé pour faire mousser leur propre narcissisme.

Ce qu’ils n’aiment pas par contre, c’est raconter que cet homme était tellement désespéré des siens, tellement certain de leur misère morale qu’il s’est fait tour à tour mercenaire, penseur, philosophe, enseignant, ambassadeur, poète, prisonnier, dissident et aventurier pour survivre à l’absurde.

Au XXIème comme au 14ème siècle, il aurait tiré son chef-d’oeuvre en regardant le roitelet de Fès se battre contre celui de Tlemcen ou en observant de loin Ouyahia démentir sa rencontre avec Soltani. Les Arabes n’ayant jamais tiré de l’Histoire que des hommages et si peu de leçons.


Lettre ouverte à l'attention de M. Kamel Daoud du Quotidien d'Oran
Benkhaldoun du FLN (Par Kamel Daoud)

A propos de votre papier mâché, intitulé "Benkhaldoun du FLN" daté du 19 juin 2006


La scène s'est déroulée il y a quelques années dans un théâtre populaire parisien où l'on venait de jouer une de ces pièces ennuyeuses, émaillée de quelques jets de tomates pourries. A la tombée du rideau, et pendant que toute la salle soulagée s'apprêtait à quitter le théâtre, l'un des spectateurs qui n'avait pas cessé de lancer des tomates sur la scène, tout au long du spectacle, se mit brusquement à applaudir frénétiquement pour rappeler les artistes, réfugiés derrière le rideau. Comme on lui demandait les raisons de ce revirement il répondit simplement: "il me reste encore quelques tomates pourries". C'est dans cet esprit que j'ai rédigé cette nouvelle édition de mon blog du 19 Juin 2006. J'avais encore quelques tomates…. Elles sont imprimées en italique.
Je viens de lire le papier que vous avez commis au sujet de Ibn Khaldoun en faisant beaucoup d'efforts pour vous suivre dans vos navrantes élucubrations sur les carrières qu'aurait pu embrasser l'auteur des "Prolégomènes" s'il avait vécu parmi nous, c'est-à-dire dans l'Algérie d'aujourd'hui.

J'en suis arrivé à la conclusion que vous vous êtes imprudemment, - j'allais dire impudemment - embarqué sur un sujet qu apparemment vous ne maîtrisez guère; ç'en est d'ailleurs devenu une manie détestable chez beaucoup de vos confrères de la presse dite "indépendante" (et qui l'est en fait, autant que l'est ce pauvre "El-Moujahid") que de vouloir à tout prix paraître "savants" en pratiquant le "haff intellectuel". Comme pour entrer en résonance avec le "haff politique" de votre actuel Président, toujours prompt à célébrer tout et à récupérer n'importe qui et n'importe quoi. Il m'est arrivé de lire, je l'avoue, des choses beaucoup plus intelligentes dans "Quotidien d'Oran". Pas cette fois-ci.

Une chose est certaine M. Kamel Daoud, s'il avait vécu parmi nous aujourd'hui, Ibn Khaldoun, n'aurait certainement pas fini comme pigiste. Même chez "le Quotidien" d'Oran qui n'est pas en cause ici.

Quant à cette fâcheuse tendance chez cette même espèce de "journalistes de service" – sans jeu de mots - à laquelle vous appartenez et qui consiste à vilipender et à mettre le FLN à toutes les sauces, faudra-t-il l'interpréter ici comme étant la haine ordinaire des gens qui ont des problèmes passés ou présents, avec le nationalisme algérien ?; - vous remarquerez que je ne parle pas ici de "patriotisme" parce que ce concept n'existe plus, hélas, même dans la conscience des quasi traîtres qui gouvernent aujourd'hui notre pauvre monde arabo musulman et que vous n'avez pas le courage, vous et vos semblables de dénoncer, tant il est vrai que votre conception élastique de la liberté d'expression, vous empêche par exemple de traiter des scandales financiers à répétition et de leurs prolongements même aux échelons les plus élevés d'un pouvoir devenu synonyme de corruption morale et matérielle.

Pourquoi vous n'avez pas cherché par exemple à tirer au clair les accusations de la rumeur publique contre tel ou tel gros bonnet de la politique. A commencer par un certain Ouyahia, ci-devant Chef de Gouvernement et qui serait selon cette même rumeur, propriétaire – entre autres peccadilles – d'un parc de plus de deux milles autocars loués à l'année par le "COUS" et qui lui rapportent plus de 2.000.000 de Dinars par jour ! (je dis bien Deux Millions). Pourquoi ne cherchez-vous pas à démonter les rouages de la fameuse affaire de la banque Al Khalifa avec les plus de 8 milliards de dollars détournés ?

Pourquoi n'iriez-vous pas demander aux pauvres pantins qui nous servent de "députés", de s'expliquer sur leur silence devant le tour de passe-passe totalement illégal du pouvoir exécutif qui continue de budgétiser les revenus pétroliers de l'Algérie sur la base d'un baril à 19 Dollars au lieu des 66 Dollars sous le seuil desquels il n'est pas descendu depuis des mois et des mois ?

Voilà des pistes que j'indique à toutes fins utiles, à l'usage de vrais journalistes d'investigation dont les mains sont propres et les poches vides. En seriez-vous ? Non, bien sûr que non !. Alors arrêtez vos tartufferies et l'esbroufe qui va avec, et contentez-vous de banals sujets "people". C'est à votre portée.

Quant à disserter sur Ibn Khaldoun, bezzaf 'ala qranek!

Car pour cela, il vous faudra le lire dans le texte c'est-à-dire en Arabe. Et cela me semble hors de votre portée, tout autant - si cela peut vous consoler – qu'hors de la portée de la petite dame rouquine qui vous sert de Ministre de la Culture et qui se permet elle aussi, devant les caméras, et qui plus est dans un arabe très approximatif, de parler de tout et surtout de rien.


Post-scriptum: Pour mon humble part, j'ai une conception de la liberté d'expression qui ne m'empêche nullement de publier à l'instant même, le présent commentaire sur mon blog chez Nouvelobs, sous pseudonyme de "abdelkader" que je vous recommande de visiter.

By Abdelkader Dehbi
avatar
El Cortobi
Epautiste Chayeb
Epautiste Chayeb

Masculin
Nombre de messages : 2564
Age : 34
Date d'inscription : 29/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: raina raikoum de Kamel Daoud

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum